Les iles Vierges Anglaises
 
 

Samedi 1 er Mars, 11h. Nous levons l'ancre pour les îles Vierges. Le vent est soutenu et la mer agitée. Nous marchons à 6 nuds, les 300 milles vont être vite avalés. Bye bye la France.


Nous réduisons considérablement notre vitesse pour arriver au lever du jour. C'est toujours désagréable de passer une nuit en mer à se traîner alors que nous pourrions dormir tranquillement au mouillage. Mais comment faire la nuit pour repérer les filets de pêche et les casiers qui ne demandent qu'a se prendre dans l'hélice ? Comment vérifier les fonds à la couleur de l'eau ?
Règlement intérieur de Julo  : Ne jamais rentrer dans un port inconnu la nuit.


Le mardi 4 mars à 9h, nous mouillons à Virgin Goda où nous faisons notre entrée aux B.V.I. (British Virgin Islands)



Les vierges sont les îles les plus Nord-Ouest des Petite Antilles. La moitié occidentale, à toucher Porto Rico, est un territoire américain tandis que la partie orientale est une dépendance britannique. Ces îles ont tout d'un paradis de la voile : Des centaines de mouillages, une eau chaude et cristalline, des fonds de toute beauté, des alizés constants. Les américains ne s'y sont pas trompés, ils sont nombreux à écumer la zone. Chaque jour, des paquebots déversent leurs cargaisons de touristes et la location de voiliers est florissante.

Va savoir pourquoi, nous choisissons la moitié britannique des Iles Vierges.



Ici, pas moyen de créer des liens, ni avec les locaux, ni avec les touristes.
Virgin Gorda est notre première île. Sitôt les formalités accomplies, nous quittons Spanish Town qui n'a aucun intérêt et allons mouiller plus à l'est derrière un récif corallien et devant une superbe plage déserte. N'ayant pas de guide nautique, nous nous laissons guider par la carte et choisissons nos arrêts en fonction de la direction du vent et de la mer. Ces premiers mouillages seront les plus sauvages.




ESCALE CONTEMPLATIVE.

Virgin Gorda, Anégada, Guana island, nous naviguons d'île en île et en prenons plein les yeux. Nous avons l'impression de naviguer dans une grande piscine. Ambiance pastel. L'eau est bleue ou plutôt vert clair en dégradé vers des plages éclatantes, presque blanches. Les pélicans plongent et se gavent de petits poissons. Nous admirons tout près du bord une raie Manta se régalant sur un herbier. Plus tard, nous partagerons notre piscine avec une baleine à bosse. Les coraux sont magnifiques et en bonne santé. Que du plaisir.






Plus à l'ouest, les mouillages sont bondés. Jost Van Dyke island et Tortola sont des escales appréciées des paquebots qui déversent leur flot d'Américains. Qu'ils soient dans l'eau, sur la plage, dans un dinghie, ils ont du matin au soir un soda à la main.




Mardi 18 Mars. Nous faisons notre sortie et nous préparons à lever l'ancre. Nous devons retrouver Marana en Haïti dans quelques jours et remplir notre mission pour Voiles sans Frontières Caraïbes. La météo annonce une trés forte houle de Nord pour jeudi... Nous devrions être protégés par la grande île de Porto Rico. Départ 14h30.